31e Congrès - Lille

31e CONGRÈS DE L’UNIOPSS Plus de 1 500 participants réunis à Lille les 23, 24 et 25 janvier 2013 Cohésion sociale, solidarités, territoires…

Associations et projets à réinventer ? C’est autour de cette problématique d’actualité que s’est articulé le 31e Congrès de l’Uniopss. Ce congrès au format renouvelé, à la fois prospectif et participatif, a été marqué par la visite officielle du Chef de l’État.

Face au risque croissant de dislocation sociale, l’Uniopss a souhaité poser la question des conditions de la cohésion sociale et du

devenir des associations de solidarité, acteurs engagés, mais fragilisés par les conséquences de la crise et les nouvelles règles du jeu sur les territoires. Le choix de cette thématique a été salué par une grande majorité de participants (Questionnaire d’évaluation envoyé par courrier par l’Uniopss aux personnes inscrites au Congrès (Mars 2013)).

Plus globalement, le succès de ce 31e Congrès est dû à plusieurs éléments novateurs. Tout d’abord l’organisation de l’événement a certes été portée par l’Uniopss, mais a aussi largement reposé sur l’implication forte de l’interUriopss, réunissant les Uriopss Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Lorraine et Champagne-Ardenne.

Programme Complet en PDF

L’expertise et l’approche prospective plébiscitées

 

L’une  des originalités de ce congrès a résidé dans sa capacité à envisager et construire l’avenir. Le travail en amont du Conseil de prospective de l’Uniopss, les démarches prospectives engagées dans l’interUriopss avec les acteurs de terrain, ainsi que l’intervention en tribune de nombreux chercheurs et acteurs publics ou privés ont permis d’aller au-delà du constat des difficultés actuelles du secteur en imaginant des scénarios, notamment en matière d’évolution de la protection sociale et d’organisation des politiques publiques d’action sociale sur les territoires.

Les deux tables rondes consacrées à ces sujets ont été largement suivies et appréciées par les participants (Questionnaire d’évaluation envoyé par courrier par l’Uniopss aux personnes inscrites au Congrès (Mars 2013)).

D’une manière générale, les plénières - tables rondes et conférences focus - constituent l’un des points forts de ce congrès*. La conférence focus autour de « l’Europe politique et citoyenne », programmée en ouverture du Congrès, avec le témoignage en vidéo de Jacques Delors, a été particulièrement suivie.

La participation à l’honneur

 

Le Congrès de l’Uniopss a réservé une place particulière aux usagers et acteurs de terrain au travers de témoignages, partages d’expériences.

Ces paroles d’acteurs ont été mises en avant dans des films qui ont ponctué les plénières, ainsi que dans les 13 ateliers thématiques et dans les forums animés par les adhérents et les partenaires de l’Uniopss.

La présence des personnes accompagnées parmi les inscrits a aussi donné à celles-ci l’occasion de faire entendre leurs points de vue et d’échanger avec les acteurs associatifs présents.

Enfin, la présentation en exclusivité du sondage CSA-Uniopss-Macif autour de la perception des Français sur la solidarité, a été une occasion de mettre en relation les préoccupations des associations avec les attentes de l’ensemble des citoyens.

La présence de François Hollande en clôture

Le Chef de l’Etat, accompagné de quatre de ses ministres, a été accueilli par Dominique Balmary, président de l’Uniopss. Ce dernier a proposé différents axes de réflexion pour moderniser les politiques sociales en privilégiant une approche sociétale et transversale.

Dans un discours d’un peu plus de trente minutes (consultable ICI), le Président de la République a rendu hommage à « l’organisation la plus importante de France dans le champ social et médico-social » et a salué le rôle des associations de solidarité dans la cohésion sociale.

Il est revenu ensuite sur les grands dossiers de l’action sociale et médico-sociale - plan de lutte contre la pauvreté, politique en faveur de la jeunesse, travail social, handicap, décentralisation, réforme de la dépendance…

 

13 ATELIERS THÉMATIQUES

Les différents pôles de l’Uniopss ont piloté l’organisation d’ateliers permettant de répondre aux préoccupations des acteurs de terrain et de lancer des pistes de réflexion.

  • Scénario d’une Europe sociale ou pas

Cet atelier, qui a réuni 138 participants, s’est appuyé sur les sujets identifiés lors des démarches prospectives conduites en amont, en partenariat avec la Fonda. L’atelier a ainsi été l’occasion de développer 3 thèmes : la construction d’une Europe sociale, la réglementation sur les SSTEG et la manière d’aborder l’ESS à l’échelle européenne.

  • Handicap : parcours de vie et territoire

Réunissant 138 participants, cet atelier s’est intéressé à la logique de parcours et d’itinéraire de vie de la personne en situation de handicap. Les intervenants ont souligné la nécessité de mettre en œuvre des projets souples, adaptables et négociés.

  • Quelle place pour les acteurs de l’ESS dans un service public de la petite enfance ?

Cet atelier, organisé par l’Uriopss Nord-Pas-de-Calais, auquel ont participé 59 personnes, a notamment fait le constat d’une absence de politique spécifique de la petite enfance, avec une offre inégalement construite entre l’accueil individuel et collectif.

  • Financement et tarification : le projet associatif en question

Les intervenants à cet atelier (186 personnes présentes), ont pointé la nécessité de réformer la tarification des établissements sociaux et médico-sociaux, tout en soulignant qu’il n’y avait pas de modèle de tarification idéal.

  • La reconnaissance d’un droit universel à l’autonomie est-elle toujours à l’ordre du jour ? 

Plusieurs conditions ont été identifiées pour la reconnaissance de ce droit, parmi lesquelles la mise en place d’un dispositif unique d’accès au droit universel, un droit à la solidarité et à la santé à tous les âges de la vie et la réhabilitation de l’échelon national de la protection sociale. 91 personnes étaient présentes.

  • Pour une politique ambitieuse de l’enfance et de la jeunesse

Les participants à cet atelier, organisé par l’Uriopss Nord-Pas-de-Calais, ont plaidé pour une approche globale et transversale des politiques, en se fondant sur un socle de droit commun pour tout enfant, quelle que soit sa situation. 94 personnes ont assisté aux débats.

  • Vie associative: contraintes gestionnaires, exigence citoyenne

Cet atelier, auquel ont participé 96 personnes, a été l’occasion de réfléchir sur le projet, la gouvernance des associations, les stratégies d’alliances, ainsi que sur les moyens de préserver les spécificités associatives comme l’innovation sociale et la participation des usagers.

  • Assistanat, assistance, activation, droits et devoirs, contreparties… faut-il changer de système ?

Au cours de cet atelier, qui a réuni 113 personnes, plusieurs questions ont été soulevées comme le glissement de l’assistance vers l’assistanat, la stig- matisation des personnes sans emploi et en situation de pauvreté ou encore l’importance de la participation qui rend sa place d’acteur à la personne.

  • Construire le sens de l’action sociale avec la GRH

Cet atelier, qui a réuni 130 personnes, a insisté sur l’importance de travailler l’axe RH afin de tenir compte de la réalité des personnes, de leur créativité, pour mettre en place une intelligence collective.

  • Alzheimer, changer de cap ?

En dépit des inquiétudes du secteur sur les politiques mises en œuvre, cet atelier, qui a réuni 76 personnes, est revenu sur des expériences positives, comme la mise en place de partenariats entre associations.

  • Comment le travail social peut-il contribuer à faire société face à la logique de prestation de services ?

Retrouver la fonction politique des associations pour refonder le travail social, repréciser le projet associatif, développer une gouvernance et une organisation incluant l’ensemble des parties prenantes… Telles sont les thématiques qui ont été au cœur de cet atelier qui a rassemblé 109 personnes.

  • Coopérations et territoires : quels projets pertinents ?

Dans un contexte de recomposition de l’offre, de modernisation des politiques publiques, les associations s’inscrivent dans un territoire par le biais notamment de la coopération. L’atelier a notamment souligné l’importance d’une observation partagée entre les acteurs publics et les acteurs de terrain. 206 personnes étaient présentes.

  • Droit du travail : les associations confrontées à leurs spécificités

Le droit du travail est-il soluble dans les associations sanitaires et sociales ? Telle était la question posée lors de cet atelier qui a réuni 63 personnes. Différents points ont été abordés comme le statut des bénévoles, celui des dirigeants associatifs, sans oublier la liberté des salariés.

 

AUTRES TEMPS FORTS

 

  • Projet de Loi ESS :

    Pour la prise en compte du modèle associatif

L’Uniopss a été auditionnée à plusieurs reprises au Sénat, notamment par le rapporteur du projet de loi sur l’Economie sociale et solidaire, ainsi que par Benoit Hamon, ministre délégué à l’ESS. Si l’Uniopss a salué la perspective d’une loi sur l’ESS qui apportera une meilleure reconnaissance des acteurs, elle a rappelé l’importance de préserver la souplesse de la Loi 1901 sur les associations. La demande de l’Uniopss de fonder le texte de loi sur « l’entreprendre autrement » a été reprise dans l’article 1er du projet de loi. L’Uniopss a également été entendue sur sa demande de limitation de la redistribution des bénéfices des sociétés commerciales.

  • Concertation autour du projet de loi Adaptation de la société
    au vieillissement

L’Uniopss a participé activement à la concertation lancée le 29 novembre par Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie. Elle a poursuivi sa demande de mise en perspective d’un droit universel à l’autonomie. Dans son plaidoyer, l’Uniopss a insisté sur la nécessité d’harmoniser le financement solidaire des prestations de compensation des besoins d’aide à l’autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap.

  • Handicap : lancement de l’expérimentation sur les parcours des jeunes en ITEP

Soutenue par l’Uniopss, cette expérimentation innovante, initiée par l’Association des TTEP et de leurs réseaux (ATRe), vise à favoriser la fluidité des parcours d’accompagnement et de soins pour les jeunes en difficulté psychologique accueillis au sein des Tnstituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques (TTEP). La ministre Marie-Arlette Carlotti a lancé officiellement le départ de cette expérimentation, qui s’inscrit dans le programme de travail national engagé par le CNSA et la DGCS, lors d’une visite à l’TTEP de la Mayotte (95) le 15 novembre dernier, à laquelle le président de l’Uniopss a participé.

  • Décentralisation et réforme de l’Etat : l’Uniopss fait entendre sa voix

L’Uniopss a pris une part active au débat sur l’Acte TTT de la décentralisation, en présentant un positionnement original, fruit d’une réflexion collective avec ses adhérents. Elle propose

notamment de compléter la vocation économique de la région par une mission de développement social, le département conservant ses compétences actuelles de mise en œuvre de l’action sociale. Elle a également organisé un colloque au Sénat autour de la question de la décentralisation, a porté trois amendements et a été auditionnée à plusieurs reprises au sein des principales instances de décisions (Elysée, Sénat, Assemblée nationale, ministères…).

  • Mise en œuvre
    du plan interministériel de lutte contre la pauvreté

Participation aux travaux de la Commission Sirugue sur les dispositifs de soutien aux revenus d’activité modeste,

institutionnalisation du 8e collège (composé de personnes en situation de pauvreté) au CNLE…, le Collectif ALERTE, animé par l’Uniopss, s’est impliqué dans le suivi de la mise en œuvre du plan interministériel de lutte contre la pauvreté. Lancé en 2012 par le gouvernement lors de la conférence nationale de lutte

contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, ce plan faisait partie des propositions du Collectif ALERTE, reprises par le candidat François Hollande lors de l’élection présidentielle.

  • Logement,  insertion… :
    prise en compte de demandes de l’Uniopss

Un certain nombre d’orientations de la Loi ALUR de Cécile Duflot sont conformes aux préconisations portées par l’Uniopss, comme l’encadrement des loyers ou encore l’amélioration des droits en matière de domiciliation.

Par ailleurs, la réforme de l’Insertion par l’Activité Economique donne une plus grande visibilité aux structures sur les aides dont elles peuvent bénéficier et valorise davantage l’accueil des publics les plus éloignés de l’emploi, comme l’avait souhaité l’Uniopss.

  • Préparation
    des Etats Généraux du Travail Social

L’Uniopss a été partie prenante de la préparation des Etats Généraux du Travail Social : organisation d’un séminaire réseau, présence dans plusieurs instances de concertation, interventions dans les commissions sectorielles de l’Uniopss, productions autour de la question du travail social…

 

LE CONGRÈS DE L’UNIOPSS EN CHIFFRES

  • Plus de 1 500 personnes présentes sur 3 jours de manifestation
  • 4 ministres présents aux côtés du Chef de l’Etat
  • 37 exposants
  • 13 ateliers thématiques
  • 15 espaces forum pour partager des initiatives
  • 4 Uriopss mobilisées
Programme du Congrès Informations pratiques Hébergement
Mon compte

Nos partenaires
Avec le concours de